Design

Formel, fonctionnel, universel ?

Considérée peu esthétique et contraignante, l’accessibilité n’a pas la cote auprès des constructeurs. Contrairement aux idées préconçues, la qualité fonctionnelle et la qualité visuelle ne sont pourtant pas incompatibles. Le design étant la création d’un projet situé à la croisée de l’art, de la technique et de la société, il situe le design universel au cœur-même du concept en intégrant l’humain au centre de l’aménagement.

S’inscrivant dans les tendances internationales, le design universel est axé sur l’expérience des usagers et relève du concept de développement durable. Au cœur de l’action de Société Logique depuis 1981, le design universel s’applique autant en architecture et design d’intérieur, qu’en architecture du paysage et urbanisme. Il enrichit les projets et séduit les concepteurs par sa forme et sa flexibilité.

L’idée derrière le design universel est d’aménager un monde viable dans lequel toute la population puisse vivre en toute liberté et en sécurité, à toutes les étapes de la vie. Dans ce monde idéal, tous nos espaces de vie seraient performants, esthétiques, durables et fonctionnels.

Le design universel propose une variété de solutions simples et esthétiques pour promouvoir des saines habitudes de vie et offrir des lieux, des aménagements et des objets de qualité qui tiennent compte des besoins de tous, incluant les personnes ayant des limitations fonctionnelles. La création d’infrastructures soutenant les déplacements actifs, sécuritaires et accessibles encourage un mode de vie physiquement actif et des lieux conviviaux stimulent la participation sociale, facilitent l’intégration et améliorent la qualité de vie de tous les citoyens.

Les 7 grands principes du design universel


Utilisation et espaces accessibles

Réaliser des aménagements et des espaces appropriés de façon à ce que tout utilisateur puisse y avoir accès, y pénétrer, y circuler et les utiliser, quels que soient sa taille, sa posture ou son niveau de mobilité.


Utilisation exigeant peu d'effort physique

Projeter des parcours courts et des aires de repos pour tous, notamment pour les personnes ayant de la difficulté à se déplacer sur de longues distances, et prévoir des espaces de manoeuvre et de travail adéquats pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant.


Utilisation de l'information accessible

Prévoir des aménagements et des équipements favorisant l'accès à l'information pour tous, notamment pour les personnes ayant une limitation visuelle, auditive ou intellectuelle, ainsi que pour les personnes analphabètes ou d'origines culturelles différentes.

Utilisation par tous

Assurer un usage similaire et sécuritaire aux espaces extérieurs, aux bâtiments et aux services, pour tous, incluant les personnes ayant une limitation fonctionnelle (auditive, intellectuelle, troubles envahissants du développement (TED), langage/parole, motrice et visuelle).


Utilisation flexible

Concevoir des aménagements variés, répondant à des besoins différents, qui permettront de mieux satisfaire les utilisateurs, y compris les personnes ayant une limitation fonctionnelle.


Utilisation simple et intuitive

Envisager des aménagements et des équipements facilitant l'orientation ainsi que des informations simples à comprendre, quelles que soient les capacités de l'usager, son expérience, ses connaissances, ses habiletés linguistiques, ses capacités cognitives ou son niveau de concentration.


Utilisation sécuritaire

Procurer des aménagements et des équipements simples à utiliser et faciles à entretenir, ainsi que des aménagements facilitant l'évacuation et améliorant la sécurité en cas d'urgence.

Adaptation, accessibilité, design universel

Ce sont les 3 concepts actuellement utilisés dans le domaine de l’architecture et de la construction. Par exemple, au Québec, les principales exigences réglementaires en matière d’accessibilité figurent au Code de construction du Québec, qui contient des exigences minimales en matière de ce qu’on appelle aussi la conception sans obstacles. En plus d’être insuffisante, cette réglementation ne vise pas les aménagements qui ne sont pas directement liés à un bâtiment, tels les parcs, les équipements urbains d’une rue commerciale ou les terrains de stationnement.

Par contre, l’évolution des rapports entre les villes et leurs usagers impose des transformations durables de l’aménagement du territoire et les concepteurs sont impérativement mis à contribution dans cette adaptation d’espaces publics pour tous. Les municipalités emboîtent le pas et adoptent des exigences de design universel pour bonifier les exigences minimales de la réglementation de construction. Par exemple, à Montréal, les critères de design universel pour l’implantation des bâtiments, les parcours extérieurs et des places réservées de stationnement doivent être considérés depuis 2016 pour tous les projets d’aménagements, publics comme privés.

Le design universel est partout


Les lacunes de la réglementation 

Les exigences québécoises répondent seulement à une partie des besoins des usagers, surtout ceux qui se déplacent en fauteuil roulant manuel. La réglementation suggère des aménagements dédiés aux personnes ayant certaines limitations, mais ils résultent parfois en des aménagements différents, à part et ségrégés. Très peu d’exigences ont comme objectif de répondre aux besoins de l’ensemble des citoyens, que ce soit les enfants, les aînés et les personnes ayant d’autres types de limitations fonctionnelles, telles que des incapacités visuelles ou auditives, cognitives ou temporaires.

De plus, les exigences de la réglementation de construction ne sont pas rétroactives. Un bâtiment doit se conformer aux exigences en vigueur au moment de sa construction ou de sa transformation. Ainsi, un bâtiment construit au Québec avant 1976 et qui n’a jamais connu de travaux de transformation peut être non accessible tout en étant conforme. Il en résulte une disparité importante dans la performance d’accessibilité des bâtiments. La conformité aux exigences de la réglementation ne garantit pas non plus un aménagement fonctionnel. Il arrive fréquemment qu’un aménagement conforme demeure très difficile à utiliser par les personnes pour lesquelles il a été conçu.

Notre solution

D’où l’importance du concept de design universel, qui vise une bonne intégration architecturale, ainsi qu’une cohabitation harmonieuse entre usagers. Les environnements sont conçus pour être fréquentés de la même façon, par le plus grand nombre d’utilisateurs, en considérant tous les types d’incapacités. Tous les projets, modestes ou luxueux, publics ou privés, peuvent intégrer le concept de design universel. La réponse aux besoins particuliers d’un groupe d’individus est traitée de sorte qu’elle bénéficie également à l’ensemble de la population.

Lorsque le design universel est intégré au processus d’idéation ou de création du projet, les résultats sont ingénieux, jolis et pragmatiques, à coûts comparables à ceux d’une réalisation traditionnelle.