Équitables et à la portée de tous, les déplacements actifs sont un vecteur de participation sociale. La marche et le vélo font partie des saines habitudes favorisant une longue vie en santé. Ils sont des façons simples et peu onéreuses de se déplacer, constituent des solutions viables pour les déplacements à courtes distances, en plus de contribuer à la réduction des gaz à effet de serre et la mobilité durable.

À Montréal comme ailleurs, les modes de déplacement actif sont en concurrence avec l’automobile qui domine largement l’espace dans la ville. Pour les nombreux groupes de citoyens militants en faveur des déplacements actifs, une nouvelle répartition de l’espace urbain apparaît essentielle.

Ces dernières années, les aménagements favorisant la pratique efficace et sécuritaire du vélo se sont multipliés à Montréal, entraînant une augmentation considérable de l’achalandage, en toutes saisons. Parallèlement, les aménagements favorables au déplacement convivial et sécuritaire des piétons ont la cote, permettant de redonner sens et vie à nos quartiers, tout en favorisant l’adoption de saines habitudes de vie.

Proportionnellement à la hausse d’achalandage, de plus en plus de zones de conflits émergent entre ces deux modes de déplacement : aux intersections, aux arrêts de transport en commun, ou le long des tronçons, lorsque piste cyclable et trottoir sont contigus et au même niveau, notamment. Ces zones de conflits sont particulièrement problématiques pour les usagers vulnérables, tels que les aînés et les personnes en situation de handicap, qui n’ont pas les mêmes capacités à voir, entendre, comprendre ou se déplacer.

Comment traiter les zones de cohabitation piétons-cyclistes pour éviter les conflits, tout en répondant à la fois aux besoins des cyclistes et des piétons (incluant les piétons les plus vulnérables)?

Cette question revient dans chaque projet d’aménagement du domaine public. Les réponses apportées sont sujettes aux représentations de chaque groupe et aux arbitrages des autorités responsables. Les aménagements en faveur des piétons et les aménagements en faveur des cyclistes étant généralement traités en silos, il existe peu d’espace de discussion pour trouver des solutions convenant à la fois aux deux groupes.

C’est dans ce contexte que s’inscrit notre projet Vers une proposition consensuelle pour des aménagements favorables aux piétons et aux cyclistes, une conversation menée entre divers acteurs montréalais représentant les piétons et les cyclistes.

Société Logique a réussi à créer un lieu d’échanges entre les tenants de la marche, du vélo, de la mobilité des aînés et du déplacement des personnes ayant une limitation fonctionnelle. Prenant part à trois rencontres d’une demi-journée en février et mars 2018, les 18 participants représentant 10 organisations se sont investis afin de briser les silos, partager leur expérience, clarifier les enjeux et besoins de chacun et proposer de façon consensuelle des améliorations optimales pour l’ensemble des usagers.

Il nous fait plaisir de partager en ligne le rapport final de ces conversations piétons-cyclistes, que vous pouvez lire et télécharger sur notre page Publications.

Les bases d’une compréhension commune sont maintenant en place, tant en matière de connaissances que de collaboration. Nous tenons à remercier encore une fois la Ville de Montréal, sans qui ce projet n’aurait pas été possible. Nous travaillons à une suite de cette démarche et vous tiendrons informés des développements dans les prochains mois.