Société Logique

Informations techniques

Habitation

Habitation et accessibilité universelle

Il s'agit de concevoir des logements flexibles qui pourront être habités par tous, incluant les personnes ayant des limitations fonctionnelles, sans que des rénovations majeures et coûteuses soient nécessaires.

Un logement universellement accessible offre des aménagements répondant à la majorité des besoins d'une personne ayant une limitation. Si l'occupant a des besoins additionnels, il pourra facilement réaliser les adaptations nécessaires (barre d'appui, ouvre-porte, plaque chauffante, etc.).

Le logement universellement accessible permet aussi de faire face à une perte progressive de capacités et d'autonomie chez les personnes âgées et à des situations temporaires causant des limitations. Ce logement permet de recevoir la visite de personnes ayant des limitations (concept de visitabilité). Enfin, l'expérience démontre que les aménagements qu'on y retrouve sont appréciés de tous : salle de bain et cuisine plus vastes, quincaillerie, robinetterie et fenestration faciles à manipuler, surfaces antidérapantes, contrôles abaissés, etc. Il s'agit donc de meilleurs logements, plus fonctionnels et donc, plus faciles à louer!

Par opposition, un logement adapté est dédié à des personnes handicapées ayant des besoins et des limitations semblables. Les aménagements qu'on y retrouve sont souvent trop spécifiques pour satisfaire d'autres occupants, rendant difficile l'arrimage entre l'offre et la demande.

Comment faire?

Fiches techniques :

Grands principes :

  • Implantation du bâtiment
    • Implanter le bâtiment de telle sorte que l'entrée principale soit en pente douce.
    • Si certaines contraintes empêchent l'aménagement d'une entrée en pente douce, il sera requis d'aménager une rampe d'accès.
  • Pour les immeubles d'habitation multifamiliale, avec ascenseur
    • Toutes les facilités communes doivent être universellement accessibles, quel que soit l'étage où elles sont situées.
    • Tous les logements doivent être universellement accessibles, quel que soit l'étage où ils sont situés.
  • Pour les immeubles d'habitation multifamiliale, sans ascenseur
    • Les facilités communes doivent être situées à l'étage d'entrée et doivent être universellement accessibles.
    • Tous les logements situés à l'étage d'entrée doivent être universellement accessibles.
    • Les logements situés aux étages doivent intégrer certains éléments d'accessibilité universelle, afin de répondre aux besoins des personnes qui utilisent une canne, des personnes âgées, des personnes ayant une limitation auditive, une limitation visuelle, etc.
  • Résidence unifamiliale
    • Favoriser l'aménagement des pièces de vie, d'une chambre et d'une salle de bain complète à l'étage d'entrée.
    • Éviter les changements de niveaux sur un même étage (split-level).
    • Aménager des rangements superposés à chacun des étages, afin de faciliter l'installation éventuelle d'une plate-forme élévatrice verticale.
    • Prévoir la possibilité d'aménager une issue accessible ou une aire de refuge, advenant l'installation d'une plate-forme élévatrice menant au sous-sol ou à l'étage.
    • Prévoir un lien direct entre une chambre et la salle de bain.
  • À l'intérieur des logements
    • Prévoir des aires de manœuvre et des dégagements suffisants pour faciliter la circulation.
    • Permettre l'accès au balcon.
    • Situer la toilette à proximité d'un mur et prévoir des fonds de clouage dans l'enceinte de la baignoire en prévision de l'installation de barres d'appui.
    • Favoriser un aménagement de cuisine en L ou en U, afin de créer une surface de travail continue, surtout entre la surface de cuisson et l'évier.

Le coût?

Pour les immeubles d'habitation avec ascenseur, des réalisations concrètes démontrent que l'accessibilité universelle ne coûte pas plus cher qu'une conception traditionnelle. En effet, une conception adéquate des espaces permet d'aménager des facilités communes et des unités de logement universellement accessibles dans des superficies équivalentes aux projets plus traditionnels de même typologie. Et un choix pertinent de produits et de matériaux permet de réaliser une bonne performance en accessibilité sans occasionner de frais supplémentaires.

Pour les petits immeubles d'habitation (plex), l'implantation de plain-pied requise pour l'accessibilité universelle peut avoir un impact au niveau des coûts: afin de maximiser l'utilisation d'un terrain (et la rentabilité d'un projet), des logements sont souvent aménagés en demi-sous-sol, ce qui est peu compatible avec une bonne performance d'accessibilité universelle.

Habitation et réglementation en matière d'accessibilité

Le Code de construction du Québec contient certaines exigences d'accessibilité pour l'entrée principale et les facilités communes des immeubles d'habitation multifamiliale.

Tous les nouveaux bâtiments d'habitation assujettis au Code de construction du Québec (bâtiments d'habitation de plus de 2 étages et de plus de 8 logements) doivent respecter ces exigences d'accessibilité. Certains bâtiments de petites dimensions (bâtiments d'habitation d'au plus 3 étages et ayant une aire de bâtiment d'au plus 600 m²) peuvent toutefois ne pas se conformer aux exigences d'accessibilité, la différence de niveau entre le plancher de l'entrée et le plancher de chaque logement est supérieure à 600 mm. Il est donc possible de construire encore aujourd'hui de petits immeubles d'habitation multifamiliale qui n'auront ni entrée ni facilités communes accessibles.

Concernant l'aménagement intérieur des logements, le Code de construction du Québec ne contient aucune exigence d'accessibilité. Il se construit donc actuellement des logements complètement inaccessibles, pouvant difficilement être visités ou habités par des personnes ayant des limitations fonctionnelles, des personnes âgées en perte d'autonomie, des personnes ayant des limitations temporaires (fracture, grossesse), etc. Les personnes qui éprouvent des difficultés dans leur logement doivent par conséquent faire réaliser de coûteuses adaptations de domicile.

La Ville de Laval fait cependant exception : elle a adopté une réglementation comportant des exigences additionnelles pour les immeubles d'habitation multifamiliale. On y retrouve notamment des exigences concernant l'accès aux étages et l'aménagement accessible à l'intérieur des logements.

Nos capsules en Langue des signes québécoise